Chamailleries autour des AMÉRICAINS de Robert Frank

Le Monde, dans son édition datée du 2 juin, fait état d'une querelle d'éditeurs autour de la republication des Américains de Robert Frank. Il semblerait que les éditions Steidl qui ont entrepris la réédition de l'œuvre complet de Robert Frank aient eu l'intention de publier une version française du mythique ouvrage. Cette version française paraît être bloquée par Robert Delpire, l'éditeur historique de Robert Frank (voir ci-dessous l'article que nous avons consacré à la reparution des Américains). Delpire affirme être le détenteur des droits français de l'ouvrage et interdit donc qu'un autre éditeur publie l'ouvrage dans notre langue. Pour contrer l'édition Steidl, Delpire vient de réimprimer "sa" version des Américains. En librairie, on trouve donc deux piles d'ouvrages, le Delpire "historique" d'un côté, et le Steidl en Anglais dans l'édition "définitive" voulue et supervisée par Robert Frank. La position de Robert Delpire surprend dans la mesure où la nouvelle édition comprend des changements substantiels par rapport à toutes les éditions précédentes.Tout ceci peut paraître dérisoire (affaires d'ego et de gros sous) mais témoigne que le passion n'est toujours pas éteinte autour de Robert Frank.


ALLEZ VOIR AILLEURS !

L’article du Monde “Querelle entre éditeurs autour de la réédition des “Américains” de Robert Frank

Notre chronique de la reparution des Américains

Lundi 9 juin, une soirée est organisée par la librairie de la Cinémathèque Française à l’occasion du cinquantième anniversaire de la parution des Américains. Divers films de et sur Robert Frank seront projettés.

Voir aussi désormais, notre compte rendu de Looking in : Robert Frank’s The Americans , catalogue de l’exposition organisée à la National Gallery of Art de Washington.

Posts récents

Voir tout

À propos des listes

Tout le monde aime détester les listes de "meilleurs" livres. Je constate pourtant que nombreux sont ceux qui aiment en produire et plus nombreux encore ceux qui aiment en lire. J’en veux pour preuve

BLOG