Christine Otten, Erik Kessels GOOD LUCK


Good Luck est, sans aucun doute, l'un des objets-livre de photographie les plus extravagants qui soient. Il se présente sous la forme d'une grosse boîte de carton rose, à la fois élégante et cheap, qui n'est pas sans évoquer les coffrets cadeaux proposés en fin d'année par les chaînes de parfumerie. Pour qui a d'autres références que Marionnaud ou Séphora, la forme boite évoquera peut-être Marcel Duchamp. Et c'est dans ce grand écart entre low et high culture que réside une partie du talent créatif –et publicitaire*– d'Erik Kessels. Une fois ouverte, la boîte présente enchâssés, à gauche un livre, et à droite une deuxième boîte. Celle-ci recèle… un véritable flacon de parfum. Certains pourront trouver un tel objet de très mauvais goût. Mieux vaut, probablement, y voir une réflexion ironique sur le pouvoir du marketing. À noter encore que l'étiquette indiquant le prix de l'objet (24,95 euros) fait partie intégrante de l'œuvre.


Good Luck le livre, regroupe une série de photos issue de la collection d'Erik Kessels. Ce sont les images d'une famille française des années 1960-70. Ces personnes se représentent dans les moments marquants d'une vie banale. Ils posent devant un paquebot –Le France, semble-t-il– dans la campagne, ou sur un port breton. Les fêtes de famille sont également immortalisées. Good Luck intègre également des fac-similés de photos encartés dans le livre. À partir de ces photos, Erik Kessels et la romancière Christine Otten ont imaginé un synopsis et cette dernière en a tiré un récit. Un seul regret, le texte est en néerlandais. Une traduction anglaise aurait été un "plus produit".


Christine Otten & Erik Kessels, Good Luck, KesselsKramer, diffusion en France par RVB Books.

* Erik Kessels est le cofondateur de l’agence publicitaire KesselsKramer. Grand collectionneur de photos trouvées, il a publié de nombreux livres dont les séries In Almost Every Pictures et Useful Photography.


Allez voir ailleurs !

Le site de KesselsKramer et celui de RVB Books.

Présentation du livre par Jörg Colberg.

BLOG