2011, les rééditions : Koudelka, Strömholm, Baltz…


Signe sans doute de la fièvre* qui embrase le marché de l'occasion du livre de photographie, les rééditions et autres nouvelles versions se concentrent pour l'essentiel sur des livres publiés au cours des 30 dernières années, mais largement inaccessibles à la plupart des amateurs. Autre symptôme, la multiplication des livres sur les livres. Petit tour d'horizon.


Le carton annoncé de la fin de l'année est la nouvelle version du Gypsies de Joseph Koudelka, énorme coédition qui sort en au moins cinq langues (Anglais, Français, Allemand, Italien et Espagnol). Cette nouvelle version correspondant, dit-on, à la maquette conçue en 1968 par Koudelka, est très différente de l'édition originale de Delpire en 1975 : format à la française et non plus à l'italienne, choix de photos étendu… Sur son site, Robert Delpire explique, sur un ton légèrement pincé, pourquoi il décide aujourd'hui, au nom de son amitié pour Koudelka, de publier une version qu'il rejetait hier. Joseph Koudelka, Gypsies, Aperture, broché, 192 pages.


L'une des belles surprises de l'année est la nouvelle version de Les Amies de la Place Blanche de Christer Strömholm consacré aux travestis et transsexuels du quartier de Pigalle à Paris dans les années 1960. L'édition originale a paru en 1983. La nouvelle version, si elle en reprend largement la structure, la dépasse en qualité notamment par une maquette plus dynamique, des textes de Christian Caujolle, Hélène Hazera, Nana et Jacky –deux des protagonistes du livre– ou de Johan Ehrenberg, l'éditeur de 1983. L'ouvrage s'enrichit encore de fac-similés de la correspondance de Strömholm, de pages de ses carnets ou de planches contact. Et bien évidemment, les photos de Strömholm qui interrogent le trouble du genre sont sublimes. Christer Strömholm, Les Amies de la Place Blanche, Aman Iman Éditions, relié, 224 pages.


Autre grande réussite, la réédition de Candlestick Point (1989) de Lewis Baltz. Voir l'article que nous avons consacré à l'ouvrage lors de sa sortie au printemps. Lewis Baltz, Candlestick Point, Steidl, reliure toilée, 128 pages.


Également chez Steidl, une nouvelle édition du classique de 1986 de Bruce Davidson, Subway originellement publié par Aperture. Le format à l'italienne est abandonné pour un presque carré et Davidson a choisi de présenter des images qui ne figuraient pas dans la première édition. Les couleurs ont la chaleur froide des années 1980. À tous les sens du terme, Subway est un livre des bas-fonds. Le New York que montre Davidson est un monde de violence et de déchéance où perce toutefois une énergie assez indéfinissable entre rock et disco. Un must-have tout comme le Baltz.


Bruce Davidson, Subway, Steidl, relié sous jaquette, 140 pages.


Grosse parution de l'année, la Protest Box conçue par Martin Parr regroupe cinq livres issus de sa collection qui, d'une manière ou d'une autre, traitent de l'action politique ou en sont un vecteur. Y sont réunis : América: un Viaje a traves de la injusticia d'Enrique Bostelmann, Para verte major, América Latina de Paolo Gasparini, Algeria de Dirk Alveramnn, Sanrizuka de Kitai Kazuo et Immagini del No de Paolo Mattioli et Anna Candiani. Martin Parr, The Protest Box, Steidl, 5 livres dans une boite cartonnée. À noter encore que Steidl republie à l'identique Fabrik, ouvrage majeur de l'histoire de la photographie, conçu en 1943 par le Suisse Jakob Tuggener.


L'éditeur japonais Kodansha, lui poursuit sa réédition au format de poche de l'œuvre de Daido Moriyama. Au programme cette année : Japan, a photo theater, A Hunter et 71 New York. Les trois volumes sont brochés sous jaquette et bandeau, et comptent respectivement 288 pages, 192 pages, et 384 pages.


Errata Editions annonce de son côté quatre nouveaux titres pour 2012 dans son excellente et toujours aussi écclectique collection Books on Books : Ed van der Elsken Sweet Life, Keld Helmer-Petersen 122 Colours Photographs, Araki The Banquet et Krass Clement Drum. Errata Editions, 12 volumes disponibles, quatre nouveaux à paraître.


Enfin, pas moins de trois livres** sont consacrés aux livres de photographie avec des thématiques de plus en plus précises. L'immense collectionneur Manfred Heiting et Thomas Wiegand ont livré Deutschland im Fotobuch, une somme (malheureusement uniquement en Allemand) qui recense 273 livres de photographie publiés de la fin de l'Empire à nos jours. La Suisse également s'offre un regard rétrospectif. Peter Pfrunder, avec Martin Gasser et Sabine Münzenmaier, publient chez Lars Müller Livres de photographie suisses de 1927 à nos jours. Paraît également le très attendu Les Livres de photographie d'Amérique Latine d'Horacio Fernandez. Étrangement, il semblerait que personne n'ait encore songé à se pencher sur le livre de photographie français…


Manfred Heiting et Thomas Wiegand, Deutschland im Fotobuch, Steidl, relié, 492 pages. Peter Pfrunder, Livres de photographie suisses de 1927 à nos jours, Lars Müller, relié, 640 pages. Horacio Fernandez, Les Livres de photographie d'Amérique Latine, Images en Manœuvre Éditions pour la version française, relié, 256 pages.


* Voir à ce sujet l’article que nous avons consacré à l’excellent The Cost of Photobooks : A History Volume II d’Andreas Schmidt qui démontre par l’absurde cette folie.


**Quatre si l’on compte le catalogue de l’exposition Martin Parr’s Best books of the Decade à Dublin.

Posts récents

Voir tout

À propos des listes

Tout le monde aime détester les listes de "meilleurs" livres. Je constate pourtant que nombreux sont ceux qui aiment en produire et plus nombreux encore ceux qui aiment en lire. J’en veux pour preuve

BLOG