POLKA

numéro 28

Chroniqueur

Novembre 2014

Polka Magazine.com

La Chronique de Rémi Coignet

Does Yellow Run Forever? de Paul Graham, Mack

Pour apprécier le nouveau livre de Paul Graham, il faut prendre le temps de l’observer et de le comprendre, tant il peut sembler déroutant au premier abord. Pourtant il s'inscrit pleinement dans son œuvre, quelque part entre le méconnu Paintings et le célèbre A Shimmer of Possibility. Au premier, il emprunte le petit format et le vernis brillant des images. Au second, l'art d'entremêler savamment plusieurs séries pour créer des sortes de petits poèmes ou de nouvelles photographiques. Ici, des vues d'arc-en-ciel, d'une femme qui dort et de boutiques qui rachètent de l'or. Trois sujets qui, à priori, n'ont rien à voir mais en fait manifestent trois états : l'évanescence, le rêve, le dur réel. Les arcs-en-ciel ont été photographiés en Irlande, Il faut à l’évidence voir dans ces images une méditation sur la photographie : la lumière et la gamme chromatique mais aussi le hasard instantané de la photo captée sur le vif. Elles marquent aussi le retour en Europe de Paul Graham après sa trilogie américaine (A ShimmerAmerican Night et The Present).

Les photos de la compagne du photographes dormant –à chaque fois dans une chambre différente– présentent des draps et couvertures de couleurs variées. Outre l’idée de rêve se pose là encore la question de la couleur. Les magasins d’achat d’or, photographiés aux États-Unis, marquent, par rapport aux deux autres séries, un retour à une réalité sociale qui a toujours préoccupé le photographe : vendre de l’or, des bijoux, signifie manquer d’argent. À la beauté du monde que peuvent symboliser un arc-en-ciel ou la femme aimée, Paul Graham oppose la dureté de la vie. Très logique dans sa complexité, il pointe au passage la couleur jaune des enseignes de ces boutiques, qui tiennent elles-mêmes un discours visuel sur leur activité. Par la couleur, il relie ainsi ces images aux autres. 

Formellement, comme tous les ouvrages récents de Graham, le livre est très travaillé. Les images ont des tailles diverses, et leur placement sur la page varie. Les séries se croisent et à chaque intersection une double page blanche forme une respiration ou un fondu au blanc. La couverture est recouverte de velours et les pages littéralement dorées sur tranche !

Enfants du monde, Dominique Darbois

Polka Magazine 28 Rémi Coignet  Paul Graham Dominique Darbois